Et si ce n’était qu’une difficulté d’apprentissage ?

dyslexie

Si vous êtes comme moi, vous avez tendance à envisager le pire des scénarios lorsque le professeur vous fait part des difficultés d’apprentissage de votre enfant. Mais sachez que dans la majorité des cas, il ne s’agit que d’une situation temporaire. Il est donc important de différencier les difficultés d’apprentissage des troubles d’apprentissage qui eux, sont permanents.

En effet, les difficultés d’apprentissage sont généralement passagères et sont reliées à des situations extérieures de l’école vécues par l’enfant telles un déménagement, le décès d’un proche, un divorce, etc.. L’attention de votre jeune est alors mobilisée par ces évènements, ce qui le rend présent de corps mais non d’esprit! Il est possible également que votre enfant soit victime d’intimidation par ses pairs ou atteint d’anxiété, dans les deux cas une intégration au groupe est plus ardue et peut influencer ses résultats scolaires. Il importe alors de votre part une intervention et une écoute afin de rectifier la situation ou de l’accompagner durant cette période tumultueuse.

Les troubles d’apprentissage sont quant à eux permanents et reconnus à l’aide d’un diagnostic. Ils touchent environ 1 personne sur 10. Les plus fréquents sont la dyslexie et la dysorthographie, la dysphasie, la dyspraxie, la dyscalculie et le TDA avec ou sans hyperactivité.

La dyslexie se traduit chez l’enfant par le mélange des lettres lors de la lecture rendant la compréhension du texte très difficile. La dysorthographie est la difficulté à assimiler les règles d’orthographe et de grammaire et à construire des phrases dans un ordre logique. Notez que la dyslexie s’accompagne majoritairement de la dysorthographie. Un diagnostic est rarement obtenu avant l’âge de 9 ou 10 ans.

La dysphasie est l’incapacité à formuler clairement sa pensée ou à comprendre ce qui est dit. Ce trouble n’affecte heureusement pas la lecture et l’écriture.

L’enfant dyspraxique semble présenter un retard de motricité. Il est maladroit et se blesse souvent. Il parvient difficilement à effectuer des tâches qui demandent une certaine dextérité telles que s’habiller, colorier, écrire, etc..

La dyscalculie est un retard dans l’apprentissage des notions d’arythmétiques de base.

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité est la difficulté à se concentrer et à traiter l’information en ordre d’importance.

Les troubles d’apprentissages sont présents dès la naissance et seraient d’ordre génétique. L’accès à des services professionnels précoces est primordial afin d’éviter la perte d’estime de soi. L’accompagnement, le renforcement positif, l’utilisation de matériels scolaires adaptés et la mise en place d’un plan d’intervention réaliste sont d’excellents moyens pour contrer les difficultés éprouvées par votre enfant.

En terminant, j’aimerais vous préciser que toutes ces difficultés ou troubles reliés à l’apprentissage scolaire n’affectent nullement l’intelligence de votre enfant. Nous avons tous une façon d’apprendre différente. Malgré les obstacles, il faut demeurés confiants en la capacité de nos enfants. D’autant plus qu’aujourd’hui nous sommes informés sur le sujet et sur les moyens à prendre pour leurs offrir un cheminement harmonieux. Reste maintenant au gouvernement à suivre le pas en débloquant les ressources financières nécessaires afin d’obtenir plus de services dans les écoles. J’ai d’ailleurs remarqué qu’il y a plusieurs iniquités entre les écoles et qu’en fin de compte ce sont malheureusement nos petits qui en paient le prix!

[Source de L'image: Janine (CC)]

Aiguise ta matière grise

Mes enfants sont revenus de l’école la semaine dernière avec dans leur sac à dos le carnet intitulé Aiguise ta matière grise pour une seconde année. Je vais vous avouer que mon premier réflexe a été : “Pas encore!”. Parce qu’il n’y a pas assez longtemps à mon goût, au mois de mai dernier, nous devions remplir un autre de ces carnets appelés cette fois-ci Lève-toi et bouge. Avec la semaine d’halloween “rushante” que je venais de passer, c’était bien la dernière affaire que j’avais en tête.

La culpabilité s’est lentement installée et je me suis mise à penser qu’il y avait certainement des bienfaits pour nos chers enfants dans tout cela. J’en ai effectivement trouvés! Ce concours valorise les habilités créatives et intellectuelles de nos petits. Une série d’activités est proposée et chaque tranche de 15 minutes permet d’accumuler 1 cube matière grise. Pour que ces cubes soient comptabilisés, il faut qu’un membre de la famille plus vieux ou un parent ait participé. Les devoirs sont admis dans le concours et comptent pour le double. Par chance lorsqu’on considère que la majorité des enfants arrivent à la maison vers 17h30, qu’ils doivent faire leurs devoirs et ensuite souper.

Durant tout le mois de novembre, le livret doit être rempli quotidiennement et remis à l’enseignant à chaque semaine afin de comptabiliser les cubes. L’école qui aura récolté le plus grand nombre de cubes se méritera la journée Aiguise ta matière grise qui aura lieu en décembre prochain. Un fanion sera également remis à la meilleure école de chaque région.

Tous ces efforts visant à réunir parents et enfants et décoller ces derniers du téléviseur sont louables. Malheureusement je doute du résultat si nous ne nous attaquons pas au réel problème, le manque de temps. Puisqu’il reste encore beaucoup de chemin à faire pour concilier travail-famille et que les deux parents doivent travailler pour joindre les deux bouts, c’est un exploit de réussir à compléter le ou les livrets pour un seul mois. Ceci dit, à quand les cubes parents ?

[Source de l'image: Guudmorning! @ Flickr.com (CC)]